Comment repérer les deepfakes et protéger son identité numérique

Comment repérer les deepfakes et protéger son identité numérique

Les deepfakes sont des vidéos ou des enregistrements audio truqués avec une grande sophistication, créés à l’aide de l’intelligence artificielle (IA). Ils permettent à leurs auteurs de manipuler le contenu pour faire croire que telle personne a fait ou dit quelque chose qu’elle n’a pas réellement fait ou dit. Pour reconnaître et être en mesure de dénoncer ces contenus falsifiés, il devient indispensable de connaître quelques astuces simples mais efficaces.

Apprendre à distinguer les deepfakes grâce aux signaux d’alerte

Pour repérer un deepfake, des indices visuels ou auditifs peuvent souvent nous mettre la puce à l’oreille :

  • La synchronisation labiale : Si les mouvements des lèvres ne correspondent pas au dialogue prononcé, cela peut-être un signe de manipulation.
  • Le clignement des yeux : Les deepfakes ont tendance à présenter un clignement des yeux moins fréquent, voire absent, par rapport à une vidéo normale.
  • La qualité des images : Un flou sur certaines parties du visage ou des imperfections qui changent entre plusieurs plans indiquent souvent une retouche numérique.
  • Le rendu des ombres et des reflets : Des incohérences dans l’éclairage peuvent résulter de l’assemblage de plusieurs sources différentes.
  • Les erreurs auditives : Les voix peuvent sonner de manière synthétique ou présenter des silences et des coupures anormales.
otjfwthdrzq-1024x683 Comment repérer les deepfakes et protéger son identité numérique

S’informer sur les méthodologies pour détecter les deepfakes

Des outils sont en développement pour aiguiser notre esprit critique face aux contenus qui circulent sur Internet.

Les initiatives de formation grand public

Des organisations comme Spotdeepfakes.org proposent des modules de formation gratuits en ligne afin d’apprendre à repérer les signaux d’alerte révélateurs d’un deepfake. Ces formations ont pour but de sensibiliser le grand public et de développer l’éducation aux médias numériques.

La recherche universitaire au service de la détection des deepfakes

Plusieurs laboratoires de recherche s’intéressent à l’utilisation de l’intelligence artificielle pour identifier automatiquement les vidéos truquées. En se basant sur des algorithmes spécifiques, ils espèrent créer des logiciels capables de détecter rapidement ces falsifications.

Méthodes pour prévenir la manipulation de son image et protéger sa vie privée

Il existe aussi des mesures simples pour minimiser les chances que quelqu’un crée un deepfake avec votre image :

  1. Configurer ses paramètres de confidentialité : Sur les réseaux sociaux, assurez-vous de limiter l’accès à vos photos et vidéos uniquement à votre cercle d’amis et connaissances. Vous réduirez ainsi les chances que vos images soient utilisées à des fins malveillantes.
  2. Gérer sa e-réputation : Effectuez régulièrement des recherches sur Internet pour vérifier quelles sont les informations vous concernant qui circulent en ligne. Si vous tombez sur du contenu inapproprié, pensez à contacter le site web responsable pour demander un retrait.
  3. Mettre en place une surveillance automatique : Il est possible de configurer des alertes sur son nom et son prénom dans les moteurs de recherche, ce qui permet d’être informé rapidement lorsqu’une nouvelle publication vous mentionne.
7170087-1024x576 Comment repérer les deepfakes et protéger son identité numérique

Responsabiliser la diffusion des vidéos sur les réseaux sociaux et plateformes de partage

Afin de limiter l’impact néfaste des deepfakes, plusieurs acteurs majeurs ont décidé de prendre des mesures pour les contrôler :

  • Facebook a par exemple interdit les deepfakes trompeurs ou manipulés dans le but de nuire à autrui. En outre, le réseau social s’est engagé à investir davantage de ressources humaines et technologiques pour traquer ces contenus.
  • Twitter travaille également à mettre en place des règles spécifiques pour encadrer la création et la diffusion de ces vidéos.
  • Certaines entreprises proposent déjà des offres de solutions de vidéo-identification basées sur la biométrie faciale, comme IDnow AutoIdent ou Jumio Fastfill, pour contrer les usurpations d’identité numérique.
A lire aussi  IA: L'Europe rattrape son retard

La législation à la rescousse contre la prolifération des deepfakes

Dans plusieurs pays, comme la France, la loi commence à s’adapter pour mieux encadrer la création et l’utilisation de deepfakes :

  • Des textes juridiques prévoient déjà des sanctions pour ceux qui créent et diffusent ce genre de contenu dans le but de nuire à autrui. Il est impératif de signaler rapidement les cas auprès des autorités compétentes.
  • Le législateur travaille sur une régulation spécifique pour les plateformes en ligne, afin qu’elles soient plus responsables des contenus hébergés et diffusés sur leur réseau.
  • La protection des données personnelles, notamment en Europe avec le RGPD, limite l’usage abusif des informations et images privées pour créer des deepfakes sans consentement.

En adoptant une attitude vigilante et responsable face aux contenus circulant sur Internet, chacun peut contribuer à limiter l’impact des deepfakes sur notre société. Il est essentiel de former les citoyens à reconnaître ces manipulations numériques, tout en renforçant la coopération entre les différents acteurs concernés (entreprises technologiques, chercheurs, législateurs…).